Apprends Moi Ummi

Il ne recommencera plus. C'est promis

Il ne recommencera plus. C'est promis
A toutes mes soeurs, proches, lointaines, celles que je connais comme celles que je ne connais pas 
A ces mamans seules, mariées, divorcées, ou veuves 
Tout simplement à LA femme 
 
 

 

Tu as une vie dont tout le monde rêve. Un époux. Une stabilité. Des proches. Tu es jeune. Tu aimes ta vie. Quand on parle de toi? Une perle. Une lumière. Tu vis correctement et n'a besoin de rien. Émotive. Sensible. Tout te touche et t'émeut. Tu vient en aide à tout le monde. Une bonté incroyable. 

 
Ton quotidien c'est lui. Tu l'aimes. D'un amour inexplicable. 
Tu rigoles tu souris. Tu es heureuse. Et quel humour tu as! Une joie de vivre. Tout le monde pense du bien de toi. Tu es épanouie heureuse et ne demande rien. Épanouie? Heureuse? Tu l'es ou tu le parais?
 
Ton époux est un homme bon aux yeux des gens. Un homme doux. Bon. Et au comportement respectable. Il a l'admiration d'autrui. Un travail. Une stabilité. 
Tu t'étais renseignée sur lui avant de le connaître. Et ô combien tu as entendu du bien de lui. C'était donc ta seule raison d'acceptation. 
Vous vivez heureux d'après votre entourage. Vous vous aimez très fort. Une belle image d'un homme aimant sa femme. Et d'une femme aimant son epoux. 
Tu l'aimes et tu lui prouves au quotidien. T'occupes de lui, un bon entretien et traitement. Il ne peut espérer mieux. Ni plus. Tu le fais avec ton cœur. Oui Parce que tu l'aimes. Et quand on aime on se surpasse. Et on dépasse tout. 
Le soir il rentre son repas est prêt. Le matin il se lève son linge est propre. Il a tout pour lui, et pour son bonheur. 
 
Mais ce matin... Ce matin, il rentre. Énervé. Agacé. Tu le ressens. Tu essaies donc de l'adoucir. Mais rien n'y fait. Tu insistes par la douceur. La gentillesse. Il n'accepte pas. Et te gifle. Tu ne comprends pas. Le choc est là. Que s'est il passé? Qu'a t'il fait? Il n'a pas fait exprès. Ce n'est pas grave. 
Le miroir te montre juste une rougeur. Un peu de crème, d'ici quelques minutes il n'y aura plus rien. Et puis ce n'est qu'une gifle. Tu gardes le sourire. 
"Je me suis juste grattée fort"
Il s'excuse. Il ne recommencera plus, c'est promis. 
 
Et puis ce midi... La gifle n'est plus présente. Elle se transforme en poing. Tu te dis que c'est de ta faute. Tu n'avais qu'à faire son linge à temps. Il a assez patienté. Tu n'avais qu'à te dépêcher. 
Dans le miroir juste un hématome. Ca partira d'ici quelques jours. Tu as juste un peu mal au nez, l'hôpital a dit que c'était fracturé, ce n'est rien de grave. 
Et puis ce n'est qu'un coup de poing. Tu gardes le sourire
"Je me suis prise une porte" 
Il s'excuse. Il ne recommencera plus, c'est promis. 
 
Et puis cet après-midi... un troisième coup. Il te pousse contre le mur pour te ruer de coups. Poings. Couteau. Tu es au sol. Il t'a frappée. C'est de ta faute aussi, tu n'avais qu'à le laisser parler. C'est à lui de parler. Tu n'avais qu'à te taire. Le miroir reflète du sang. Encore du sang. Tu l'essuies, ça finira bien par s'arrêter. Deux trois points de suture au visage. Un plâtre a la jambe et à la main. D'ici deux mois tout sera rétabli, tu pourras de nouveau marcher. 
Tu gardes le sourire. 
"Je suis tombée à vélo, ça va passer". 
Mais c'est de ta faute, Il faudrait que tu te calmes. Tu cherches un peu. 
Il s'excuse. Il ne recommencera plus, c'est promis. 
 
Et puis ce soir... Ce soir, Il te séquestre. Pendant deux jours. Qui paraissent interminables. Volets fermés. Électricité coupée. Tu as soif. Mais il n'y a pas d'eau. Tu as faim. Mais il n'y a pas à manger. La pièce est petite. Tu as chaud. Tu as froid. Tu te mets dans un coin. Et s'il ouvrait la porte? Et s'il te faisait mal?
 "Je suis partie en week-end, c'est super!"
Il faut que tu sois docile. C'est de ta faute. Tu n'a qu'à obéir quand il te parle. 
Le miroir te montre amaigrie, fatiguée, épuisée. 
Il s'excuse. Il ne recommencera plus, c'est promis. 
 
Et puis cette nuit... il t'attrape en plein milieu d'une rue, la nuit est noire. Il te bat, à sang. Pieds, poings, mains, genoux. Tout y passe. Tu te protèges. Mais à bout de force, ne peux plus. Les gens te regardent, par leur fenêtre. Messieurs dames, ce n'est pas grave. Allez vous coucher. 
"Je suis juste tombée et fatiguée". 
Tu est rentrée trop tard. C'est de ta faute. 
 
Tu ne te relèves plus. 
 
Le miroir ne reflète rien. Qu'un corps sans âme. Coma, contusions, hématomes, traumatisme crânien. 
Tu t'en sors après quelques temps.  Ce n'est rien, tu te dis. Mais Le miroir te montre une toute autre réalité : tu as été une femme battue. 
Abîmée. Souillée. Déchirée. 
 
Il ne s'est pas excusé.. Il n'en n'a pas eu le temps. 
Là c'est certain, il ne recommencera plus, c'est promis..
 
Il est partit avant toi. Tu aurais pu partir avant lui. 
 
En France, une femme meurt sous les coups tous les 2 jours.. Et tu aurais pu être une de ces femmes. 
C'est derrière les plus grands sourires que se cachent les plus grandes souffrances 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Asma 29/03/2015 11:24

Salam alaycom, a lire et relire. Barak Allah fiki oukhti pour ce message tellement véridique. Je ne m'en lasse pas et suis partie avant qu'il soit trop tard.

Apprends Moi Ummi 29/03/2015 11:36

Wa `alaykum As-salãm wa Rahmatu Llãhi wa Barakãtuh ma douce. Qu'Allah te préserve et apaise tes souffrances passées, présentes et à venir. wa fiki bãraka Llãh

Estelle 26/10/2014 06:56

Asalamu alaikum wa ramatullahi wa barakatuh,

ce texte est très poignant ... Et les commentaires, les commentaires m'ont vraiment touchés en plein coeur.

Je vous aime en Allah mes soeurs,

Wa salam

Umm ... 15/10/2014 01:06

Assalamu 'alaykoum,
Je n'ai pas pu lire l'article, je ne le lirai pas, trop dur, douloureux, douloureux souvenirs, je ne veux plus me souvenir...
Il y a quelques années, je suis partie avec les enfants, un matin, mon mari était au travail. Sans savoir où aller, sans savoir quoi faire. Je ne pouvais plus rester, je pensais qu'un jour il me tuerai...
Au jour d'aujourd'hui, je suis toujours avec lui, il n'a plus jamais levé sa main sur moi, je n'aurai jamais pu imaginer cela.
Un nouvel enfant a agrandi notre foyer...
Allah subhanahu wa ta'ala est capable de toutes choses.
Qu'Allah vous préserve, vous donne des maris pieux, aimant et doux.
Qu'Il améliore nos comportements et nos actions à tous et à toutes.
Qu'Il nous guide et nous pardonne.

Oum Mohammed 14/10/2014 22:06

Salem w 3alayki,
En lisant l'article jai eu des frissons, Sobhana Allah. La violence sur des femmes ou bien des enfants, je n'arrive même pas a réaliser, je ne comprends pas comment peut on faire du mal à des êtres innocents!!! moi jss fleur de peau, quand j'entends des femmes agresses violes battus, j'en pleeure au pus profond de moi, Et si c'était moi?? j'ai toujours ca dans ma tete, Sobhana Allah. Qu'Alla m'en preserve et préserve toutes nos soeurs de ces agressions, des mauvais hommes!!
Baraka Allah oufik pour cette article qui permet de ne pas oublier nos soeurs opprimés partout dans le monde.

oum hadjer 14/10/2014 15:47

salemou alaykom
merci pour ses paroles personnellement je realise l'honneur que j'ai eu en épousant mon mari qui n'est pas parfait mais malgres nos dispute que je doit dire j'ai souvent cherché la grande bete et malges tout ca mon mari n'a jamais levait la mains sur moi et il a fait bien plus que cela il m'a accepter comme j'etait.................et pour nos sœurs qui souffrent de ce probleme comme l'a dit une sœur il faut mettre court des le debut quand on le peut et qu on a le courage que dieu vous vienne en aide et vous donne la passiance de surmonter cette epreuve

Cinnamon 14/10/2014 11:52

As salamou 'alaykoum wa rahmatulahi akhawates,

barak'ALLAHU fikoum pour cet article subtil, concis et qui attribue un certain rôle aux lectrices, à savoir celui de compléter et approfondir le récit selon le vécu de chacune.....

c'est un cocktail d'émotions naissant à la lecture de ce court article auquel je ne sais toujours pas faire face pour ma part, tant la guérison est longue et difficile ALLAHU AALEM...

Cela me révolte et me scandalise aussi au delà de la question de la douleur et du chagrin omniprésents par le ressassement du passé douloureux qui pour ma part a mis en scène mon père et mes frères comme acteurs principaux de ce film d'horreur.

Pour le mari, je ne lui ai pas laissé le temps, j'ai annulé mon union au bout de quelques semaines, voyant le danger prendre forme et s'accentuer, ALLAHU ALLAM ce qui aurait pu se passer .
Les expériences passées ont anéanti toutes formes de patience ou mon rôle serait de subir sans me défendre et je crois que justement Alhamdulilahi ALLAH m'a permit de ne plus être capable de subir , conséquences logiques de toutes ces années de violences subies.....certainement....
j'ai mis un terme fermement en anticipant tout débordement éventuel, c'est ma violence à moi tout faire pour dire stop in sha ALLAH.

Difficile de recoller les morceaux et de guérir car je n'avais pas de religion pendant toutes ces années de violences, mais aujourd'hui oui alhamdulilahi cette union s'est faite avec ALLAH comme 1er témoin et cela m'a donné une force alhamdulilahi et je dirais même plus une certaine rage que je dois maintenant contenir car il y a toujours un sentiment de vengeance enfoui en moi... à dompter in sha ALLAH...
C'est pourquoi le conseil que je donnerais est celui d'ALLAH, cette violence n'est pas islamique et aucune femme ne mérite d'être traitée de la sorte que ce soit par son mari ou autre , encore pire si cet homme, soit disant homme, se dit être son mari ! Même en Islam, mieux vaut être seule que mal accompagnée, ALLAH ne ns a pas crée de pair pour ce type de relation.

Bien que cela soit facile à dire, croyez moi c'est du vécu, j'ai grandi avec cela et j'ai vu ma mère s'anéantir face à cela petit à petit. Son silence et sa passivité ont eu raison d'elle et ont été nos ennemis face à l'ennemi qu'était mon père. Aujourd'hui elle reconnait tout cela , très épuisée et très malade physiquement et psychologiquement. Elle était victime de la terreur et la honte certainement mais elle regrette car la 1ère issue possible passe par ébruiter cela et ne pas céder à l'enfermement car c'est ce que tout homme va essayer de faire : cacher cela et manipuler la femme fragile et faible afin de mieux la contrôler. Il faut alerter l'entourage, la famille, s'entourer soi même et ne pas céder au sentiment d'isolement si attractif et qui nous convoite tant.

Puisse ALLAH nous préserver de tout mal, nous guider et nous pardonner pour tout nos péchés et faire de nous des femmes croyantes et musulmanes fortes et soumises à Lui Seul qu' ALLAH nous marie à des hommes musulmans et croyants dignes de ce nom bons, doux et qui craignent ALLAH le Tout Puissant.
ALLAHOUMA AMEEN AMEEN YA RABBUL 'ALAMINE.....


ouhiboukoum fillahi 3azza wajel..... <3 <3

Oum Iyad 14/10/2014 11:39

As salamu alaykoum
Je ne comprendrai jamais comment un musulman peut lever la main sur sa femme au point de la faire souffrir
Il est interdit de frapper au visage, de frapper au point de laisser des bleus, des blessures.. La seule petite "tape" autorisée est uniquement si la soeur est désobéissante malgré toutes les tentatives de son mari pour lui faire da3wa sagement, et qu'elle est rebelle, alors là il peut en dernier recours selon le Qu'ran lui faire une petite tappe sur l'épaule et c'est tout !! alors frapper au visage, des poings, des coups, ya ALLAH comme ca me choque ! comment un "musulman" peut il faire cela ??? C'est tellement grave..
Qu'Allah facilite à toutes les soeurs concernées et vous accorde al Jenna a travers l injustice que vous avez subi.. qu'Allah rétablisse la justice fi dounia wa fi-l-akhira et fasse payer à ceux qui font cela ou alors qu'Il ta3ala les pardonne
Amine

Apprends Moi Ummi 14/10/2014 11:41

Wa `alaykum As-salãm wa Rahmatu Llãhi wa Barakãtuh Umm Iyâd tu as tout à fait raison
Allahumma amin a toutes tes invocations

Umm Foulen 14/10/2014 11:04

As Salam aleyki.
Insultes, gifles, poings, couteau, séquestration c'est fait... Et après ?
Si vous saviez comme c'est dûr de prendre ou même d'appliquer une décision lorsqu'on est dans cette situation... Alors qu'on était la première à bondir autrefois quand on entendait ce genre d'histoire...
Ma seule force me rappeler sans cesse qu'Allah est Juste etQu'Il n'aime pas l'injustice, me rattacher fermement à l espoir qu'un Jour il y aura des comptes à rendre, un jour rédempteur du grand mépris, de la brisure, des bouts de moi qu'il m'a laissé, ceux qu'il n'a pas encore brisé... Car au delà des coups c'est le psychique surtout qui est ravagé...
Ce texte m'a fait du bien autant qu'il m'a fait du mal, car l'analyse est tellement juste...mais la solution n'y ai pas. Je ne te le reproche pas, je me le reproche assez à moi même.
Qu'Allah vous préserve akhawate, vous et vos familles.

Ummu ibni 21/10/2014 23:10

Salam alaykunna
j'ai lu l'article et mes larmes n'ont pu s'empecher de couler, bien sur que je me sens visé, jusqu'à maintenant je ne réalisais pas que cela me concernait aussi, hélas comme tu le dis dans l'article on se trouve des excuses, enfin on LUI trouve des excuses, kheyr in shaa Allah. Mais comme l'a dit une sœur dans les commentaires c'est dur de prendre une telle décision, surtout quand il y a des enfants, et puis pour partir où? Kheyr in shaa Allah.
En tout cas ce texte m'a fait ouvrir les yeux comme on peut le dire, je m'y suis retrouver, revue certaines scènes kheyr in shaa Allah.
Je me suis permise de te le prendre et de le faire partager autour de moi, pour que d'autres sœurs qui vivent peut etre cette situation puisse ouvrir les yeux comme moi je viens de les ouvrir.
Baraka Allahu fiki oukhty, qu'Allah préserve et facilite toutes nos sœurs en détresse.

Apprends Moi Ummi 14/10/2014 11:13

Wa `alaykum As-salãm wa Rahmatu Llãhi wa Barakãtuh mã douce Umm Foulen
Qu'Allah apaise tes maux et ton cœur et qu'il te donne la tranquillité. C'est un sujet délicat à aborder mais tellement grave, je n'ai pu de moi meme proposer de solutions comme tu l'a stipule, cela relève d'une immense responsabilité et j'en suis incapable.. Tu as raison Allãh établit la Justice et Il n'est point Juste envers ceux qui ne le sont pas. Tu peux m'écrire par mail in shã'a Llãh si tu le souhaites mã douce